Future of Work

La révolution meta de la formation 🌐

03/03/2022
Le metaverse abolit la distance

Avec le metaverse, il n’y a plus de distinction entre le bureau et le hors-bureau : il devient le nouveau bureau. La distance est abolie.
Les experts en technologies estiment que l’avenir serait aux réunions virtuelles, aux nouvelles manières de produire et de former, aux nouveaux process. Des espaces virtuels de travail de plus en plus réalistes ; « grâce à des gants adaptés enfilés sur nos vraies mains, nous pourrons toucher et manipuler des reproductions virtuelles de produits, par exemple des machines ou des tissus » (WSJ)

Le metaverse va changer la manière de travailler

Selon un sondage de Businesswire, près de la moitié des employés sont volontaires pour travailler dans le metaverse et quasiment autant considèrent que les employeurs ne disposent pas de l’expertise nécessaire pour organiser le travail dans le metaverse.  

Nouveaux métiers
Le métaverse ce sont d’abord des nouveaux métiers susceptibles d’émerger. Certains métiers devront développer de nouvelles compétences pour évoluer : visites virtuelles pour les agents immobiliers, tourisme virtuel, …Jeremy Lamri en identifie 40. Jon Radoff avait proposé une vision structurante des nouvelles catégories de métiers en distinguant les créateurs, les bâtisseurs de communautés, …

Nouvelles manières d’exercer
L’idée qui se dégage est que le metaverse va changer la manière d’exercer son métier. Une analyse du Wall Street Journal de Sarah E. Needleman et Kathryn Dill souligne que « travailler dans des environnements virtuels pourrait aider à rationaliser des processus aujourd’hui longs et complexes ». Cela change dans la profondeur la manière de :

Manager (boucles de rétroaction) : « La plus grande différence en matière de formation est que les boucles de rétroaction seront dix fois plus courtes » (M. Crivello, Teamflow)
Prédire (analyse de données) : grâce à une analyse complète de données individuelles collectées grâce aux objets connectés du métaverse
Inciter (nudge) ; par exemple recevoir une notification dès qu’un élément pertinent pour ses projets a été mentionné, … (B. Kropp, Gartner)

Une nouvelle manière d’apprendre dans le metaverse

Avec le métaverse, la formation va évoluer. Josh Bersin replace l’émergence du metaverse dans l’évolution du “e-learning” au “digital learning” jusqu’à l’ “immersive learning.”
La grande tendance, c’est l’apprentissage immersif avec de nouvelles expériences d’apprentissage reposant sur des IA capables d’imiter l’apparence et le comportement de personnes réelles.
La sophistication de la réalité virtuelle et de réalité augmentée permet de développer la formation dans le métaverse : « Dans des installations virtuelles, les nouvelles recrues des usines de production apprendront à faire fonctionner des machines complexes, celles des entrepôts à se former à l’emballage des colis et celles des magasins de détail à se familiariser avec chaque produit et sa place en rayons » (analyse publiée dans le WSJ)

Nous assistons à un déferlement d’innovations. Voici quelques applications et expérimentations :
Accenture a bâti le “Nth Floor” pour ses consultants, un étage virtuel polyvalent, personnalisable et adaptatif pour regrouper des équipes d’où qu’elles soient qui utilise Mesh (Microsoft)
Mesh, la plateforme de Microsoft, qui permet de créer des espaces 3D dans Teams. Mesh utilise Hololens, une solution de réalité augmentée utilisée dans l’industrie, l’éducation et le militaire, qui permet de créer des applications basées sur des avatars, la réalité virtuelle et augmentée
Des startsups Edtech développent des solutions innovantes de simulation : Mursion propose des entraînements individuels avec des coachs virtuels avec des avatars. STRIVR propose des simulations 3D basées sur des scénarios de formations opérationnelles …